Samuel Poulin et les leçons de vie du hockey mineur

Des Conquérants des Basses-Laurentides au repêchage de la LNH en 2019
 

Le hockey nous apprend le travail d’équipe, la détermination et à poursuivre nos rêves.

C’est ainsi que Samuel Poulin nous raconte ses années au hockey mineur. Des années qui lui ont permis de devenir un meilleur joueur, mais aussi une meilleure personne. L’espoir des Penguins de Pittsburgh nous partage aujourd’hui ses leçons de vie et tout le bonheur que son sport lui a procuré.
 

Le hockey pour sortir de sa zone de confort

Fils du hockeyeur Patrick Poulin, Samuel suit les traces de son père en parcourant les arénas depuis qu’il est tout jeune. Il a commencé son parcours avec les Bastions de Blainville pour ensuite évoluer avec les Conquérants des Basses-Laurentides (Pee-wee et Bantam AAA).

À ses débuts, Samuel nous raconte qu’il avait de la difficulté à s’ouvrir aux autres. Le hockey a toutefois transformé le jeune athlète. « La communication est l’une des grandes valeurs que le hockey m’a apprises. Quand j’étais jeune, j’étais un gars plus réservé », se rappelle le hockeyeur de Blainville.

Samuel a toutefois réussi à faire sa place en travaillant fort et en donnant l’exemple. C’est ainsi qu’il s’est découvert des qualités de leader. « Peu à peu, cela m’a permis d’avoir des rôles d’assistant ou de capitaine dans mes équipes, ce qui m’a appris à sortir de ma zone de confort. »

Grâce à ses efforts et à la famille du hockey, le jeune homme profite maintenant de chaque occasion pour s’ouvrir et parler à son entourage. « Maintenant, j’ai le goût de voir du monde. Je n’ai pas peur d’aller parler à qui que ce soit et j’aime ça être entouré de gens », nous raconte-t-il fièrement.

 

Samuel Poulin nous confie ses valeurs apprises au hockey

 

La force d’une équipe

Selon Samuel, il ne faut jamais sous-estimer l’importance de l’esprit d’équipe. Chez les Conquérants des Basses-Laurentides, c’était leur force. Les liens d’amitié entre les joueurs étaient si solides que personne ne pouvait les arrêter. Le hockey leur avait enseigné l’importance de la camaraderie.

« Notre chimie d’équipe était formidable! On a gagné presque tous les tournois. Les provinciaux, le tournoi Pee-wee de Québec et trois ou quatre autres tournois. »

L’athlète québécois tient d’ailleurs à souligner l’apport de son entraîneur de l’époque, Kevin Brodeur. « C’est tellement un bon gars. C’est grâce à lui que tous les gars s’entendaient bien cette année-là », se souvient le joueur qui parle toujours aujourd’hui à ses anciens coéquipiers.

 

À la poursuite d’une passion

Suivant ses années avec les Conquérants, Samuel a joué pour le Phénix d’Esther Blondin (Midget AAA). Aujourd’hui, il poursuit sa passion avec un autre Phoenix, celui de Sherbrooke (LHJMQ), équipe dont il est le capitaine.

L’athlète de 18 ans compte d’ailleurs sur sa détermination pour percer dans la LNH, une qualité qu’il a développée au fil des années. « Depuis que je suis tout jeune, je rêve de gagner une Coupe Stanley et de jouer dans la Ligue Nationale. Cette passion, je l’ai encore. C’est ça qui me pousse à me défoncer chaque jour », affirme Samuel.

Dans la victoire comme dans la défaite, on grandit comme hockeyeur, mais aussi comme être humain. Samuel Poulin n’est plus la même personne depuis qu’il a débuté avec les Bastions alors qu’il était enfant. Aujourd’hui, et grâce au hockey, Samuel est maintenant devenu un homme.

 

François Lachance

Coordonnateur communications, image de marque, soutien aux régions

flachance@hockey.qc.ca