Parahockey : les avantages d’une deuxième famille

 

Aussi appelé hockey luge, le parahockey permet aux personnes ayant une limitation physique de jouer au hockey. Plus qu’un sport, c’est un endroit où tout le monde se sent accepté. La fraternité des parahockeyeurs est d’ailleurs si forte que lorsque vous discuté avec eux, ils vous diront tous la même chose : le hockey luge est une véritable famille.

 

Grâce au parahockey, ils oublient leurs soucis et vivent chaque instant à fond. Patrick Desnoyers, Gwendal Trebaol-Houle et Aurélien Bucquet d’Équipe Québec nous racontent les avantages qu’ils retirent du hockey luge.

 

Patrick Desnoyers

Dans le vestiaire, on entend les blagues et les rires. Sur la patinoire, place aux encouragements et aux accolades. « Ça n’a pas de prix ce qu’on peut y vivre. On est soudé comme une famille », nous confie Patrick Desnoyers, un joueur qui est en quelque sorte le père de famille des parahockeyeurs.

 

Comme sportif d’expérience, Patrick souhaite communiquer les bienfaits du sport à son entourage et ses coéquipiers. « À l’extérieur du hockey, on peut faire une différence et servir d’exemple au niveau des bonnes habitudes de vie. J’essaie d’apporter ça dans notre sport en inculquant ces valeurs aux plus jeunes », raconte l’athlète de 46 ans.

 

Le vétéran nous explique aussi que les limitations physiques des parahockeyeurs peuvent les présenter comme étant différents des autres personnes. Toutefois, ces différences disparaissent à l’aréna. « On ne les voit plus. On est tous pareil et on travaille tous dans la même direction. On vit des choses différentes par rapport à nos handicaps et ça nous rapproche encore plus », avance l’athlète originaire de Blainville.

 

 

Gwendal Trebaol-Houle

Passionné par le hockey, Gwendal Trebaol-Houle n’avait jamais eu la chance de pratiquer ce sport. Son frère a commencé à jouer au hockey luge et c’est ainsi qu’il s’est joint à la partie.

 

« Ici, on accepte tout le monde. Chacun a une histoire différente, mais tout le monde se rassemble autour du hockey », mentionne le parahockeyeur jouant sans handicap. Les jeunes sans limitation physique peuvent jouer avec des proches qui en ont une.

 

Comme ses coéquipiers, Gwendal adore l’esprit d’équipe qu’on retrouve au hockey luge. « Quand on a une mauvaise journée, on arrive à la pratique du soir et on pense juste à avoir du fun et à rire avec nos amis », explique-t-il.

 

Fini le stress, les soucis ou les différences. Selon Gwendal, le hockey luge nous fait vivre dans le moment présent. En pensant à la prochaine passe ou au prochain tir, il ne reste que l’essentiel : le plaisir.

 

 

REGARDEZ L’ENTREVUE AVEC LES JOUEURS D’ÉQUIPE QUEBEC

 

 

Aurélien Bucquet

Le conférencier Aurélien Bucquet a choisi le hockey luge pour l’esprit d’équipe et l’intensité du jeu. Son sport l’aide aussi à l’extérieur de la patinoire, et ce, à plusieurs niveaux.

 

« Ça m’aide dans toutes les sphères de ma vie. Le parahockey m’a appris à gérer mes émotions, car c’est important d’être discipliné sur la glace. Il m’a aussi permis d’avoir confiance en moi et à réussir à faire des conférences. Avant, j’avais beaucoup de difficultés à faire des oraux et des présentations », nous partage le joueur de 31 ans.

 

Le hockey luge fait également rêver ses adeptes. Le rêve d’Aurélien est de tout gagner avec Équipe Québec et de remporter des médailles d’or, une nouvelle réalité pour lui. « On peut aspirer à jouer pour Équipe Québec et Équipe Canada. Ce sont des rêves que je n’avais pas avant. »

 

En terminant, Aurélien invite les jeunes et les moins jeunes qui ont des limitations physiques à venir essayer le sport.

 

« Vous pouvez venir pratiquer avec nous et lâcher votre fou. Peu importe ton niveau de jeu, tes capacités, ton handicap ou ce que tu fais dans la vie, tu peux rêver et avoir des buts à toi. La chose la plus importante, c’est de venir t’amuser ».

 

La suite pour nos parahockeyeurs

Selon Jocelyn Vinet, entraîneur-chef de la formation québécoise, l’objectif d’Équipe Québec est de remporter la médaille d’or au Championnat canadien se tenant à Leduc en Alberta. Nos joueurs batailleront pour les grands honneurs du 14 au 17 mai prochain.

 

Les prochaines étapes seront le challenge hivernal Adaptavie au début du mois d’avril et le camp d’entraînement préparatoire les 18 - 19 et 20 avril 2020. C’est à ce moment que nous connaîtrons les joueurs qui participeront au Championnat national canadien en mai prochain.

 

Comme pour tout sport de haut niveau, les athlètes doivent investir énormément de temps et d’argent dans la pratique de leur sport. Encore plus pour l’atteinte de l'excellence. Que ce soit pour l’entrainement, l’équipement, le voyagement ou autre, les sacrifices à faire sont énormes. Et les ressources financières peuvent représenter un obstacle au développement du plein potentiel de l’athlète.

 

En sachant que les gens en situation de handicap ont souvent un revenu beaucoup plus bas que la moyenne, le défi pour eux s’annonce encore plus grand. C’est pourquoi le soutien financier qu’ils peuvent obtenir est crucial. Vous pouvez les soutenir en faisant un don ici.

 

 

FAITES UN DON

 

Les dons serviront à financer leur participation au Championnat canadien, la plus haute compétition en sol canadien. Celle-ci est d’ailleurs un tremplin vers les Jeux paralympiques. Pour nos Québécois, la participation à cet événement représente l’accomplissement d’un rêve. Au nom de tous les parahockeyeurs, merci pour votre générosité et votre soutien.

 

 

François Lachance

Coordonnateur communications, image de marque, soutien aux régions

flachance@hockey.qc.ca