L’école et l’arbitrage : un « match » parfait

 

Alexandre D’Astous est un étudiant à l’École polytechnique de Montréal. Quand les employeurs regardent son C.V., ils sont impressionnés. Des études en ingénierie biomédicale, ça ne ment pas sur son intelligence. Cependant, une autre mention leur fait écarquiller les yeux:

Arbitre – 4 années d’expérience.

« Avoir le titre d’arbitre dans ton C.V., c’est vraiment bien vu. Ça montre que tu as une capacité d’écoute, du leadership, un sang-froid », nous explique Alexandre.

Ancien joueur de hockey, le contact avec la glace lui manquait. C’est donc pour rester connecter à son sport qu’il a poursuivi cette avenue lui servant énormément aujourd’hui. Maintenant étudiant à la maîtrise, Alexandre peut appliquer toutes les connaissances apprises comme officiel.

Exemple. Vous êtes stressé pour un examen ? Selon l’étudiant, l’arbitrage peut vous aider.

« La confiance en soi que tu développes est transposable aux études. L’arbitrage t’amène beaucoup de soft skills comme la maîtrise personnelle ». Grâce à l’arbitrage, Alexandre a ainsi appris à contrôler ses émotions et à bien réagir aux différentes situations.

Outre les nouvelles connaissances, il apprécie également l’horaire flexible qu’offre ce métier.

« C’est une des choses qui nous permet de continuer les études. Tu peux choisir tes disponibilités. Si tu as un examen, tu peux dire que tu n’es pas disponible. Tu peux aussi faire 4-5 heures d’arbitrage dans ta journée, ce qui te donne la chance de faire autre chose comme étudier. »

 

Plus qu’un travail étudiant

Alexandre d’Astous s’est découvert une passion avec l’arbitrage. Rapidement, il a gravi les échelons en atteignant le niveau élite régional à sa deuxième année. La suite ?

« J’espère maintenant aller aux provinciaux cette année. C’est une étape importante dans ma carrière d’arbitre. »

 

Visionnez un extrait de l'entrevue

L’entrevue avec Alexandre s’est déroulée lors du Tournoi Midget Espoir de Rosemère – Saint-Eustache (Le Trio Hockey), un excellent tremplin pour les arbitres. « Le tournoi Midget Espoir, c’est la porte d’entrée pour le provincial. C’est l’endroit où les superviseurs recherchent leurs nouveaux arbitres pour pouvoir espérer monter par la suite. »

C’est donc un nouveau défi à conquérir pour Alexandre. Après avoir acquis les connaissances pour faire écarquiller les yeux des employeurs, maintenant, c’est au tour des superviseurs.

 

François Lachance

Coordonnateur communications, image de marque, soutien aux régions

flachance@hockey.qc.ca