Le plaisir et la persévérance : la recette du succès selon Charles Hudon

 

 

Plus jeune, Charles Hudon s’amusait à lancer des rondelles et des balles sur la porte de garage familiale. « Mes parents étaient moins contents quand je leur disais qu’il fallait acheter une nouvelle porte », raconte l’athlète originaire d’Alma en riant.

Charles Hudon joue aujourd’hui pour les Canadiens de Montréal. « Jouer » est le bon terme, car selon lui, le plaisir est ce qu’il y a de plus important pour un jeune hockeyeur. Son parcours pour se rendre à la Ligue Nationale en témoigne.

« Ce que j’aimais, c’était de jouer un peu partout dans la province. On passe en auto aujourd’hui et je me dis « j’ai déjà joué ici! » C’est le fun de faire le tour du Québec. On peut voir comment sont les arénas et chaque ville. »

Charles a d’ailleurs fait scintiller les lumières rouges dans (presque) tous les arénas du Québec.

Son histoire débute au Lac-Saint-Jean et se poursuit à Boisbriand. Après huit années dans le hockey mineur, il a persévéré et a « monté » au niveau double lettre. À ses débuts, sa famille a eu un rôle important en entretenant son rêve de jouer au hockey.

 « J’étais vraiment proche de mon frère et de mon père. Mon frère et moi, on jouait au hockey tous les jours. Mon père me parlait beaucoup de hockey. C’était lui que je regardais quand j’étais jeune. »

L’athlète de 25 ans garde de bons souvenirs de cette époque, car le hockey lui a permis de créer de solides liens d’amitié.

« Mon entraîneur Jason Mitchell est devenu un de mes bons amis. Une bonne complicité s’est installée dès notre première rencontre », se souvient-il.

 

 

Le hockey; une leçon de persévérance

Charles Hudon a finalement percé au niveau Midget AAA avec les Vikings de Saint-Eustache. Grâce à son travail acharné, la carrière de ce fier compétiteur a pris son envol.

Parmi toutes ses qualités, il explique que la persévérance est celle qui lui a permis de se rendre aux plus hauts sommets. L’athlète nous raconte l’importance de ne pas abandonner.

« Des fois, tu ne te sentiras pas bien. Mais au moins, tu vas pouvoir faire un sport, bouger et faire beaucoup d’activité (…) Quand ça ne va pas bien, il faut se relever et toujours foncer à 100%. »

En terminant, le valeureux guerrier a un message pour tous les jeunes qui se font dire qu’ils sont trop petits ou pas assez forts pour jouer au hockey.

« Moi, c’est ça qui m’a aidé à être encore meilleur. Je prenais le négatif et je l’amenais en positif. Oui, j’étais souvent enragé sur la patinoire à cause de ça. Mais je pense que c’est ça qui m’a aidé. Quand vous avez un but, quand vous avez un rêve, vous allez l’atteindre. »

Charles Hudon vit aujourd’hui son rêve de jouer au hockey. Et c’est en s’amusant et en persévérant qu’il a réussi.

 

François Lachance

Coordonnateur communications, image de marque, soutien aux régions

flachance@hockey.qc.ca