Réseau Hockey Québec

Kim St-Pierre, 1re gardienne de l’histoire intronisée au Temple de la renommée du hockey

La triple médaillée d’or olympique Kim St-Pierre s’implique notamment auprès d’Équipe Québec féminine (2018)

 

De l’Association du hockey mineur de Châteauguay aux médailles d’or olympique, son parcours a marqué plusieurs générations de hockeyeuses. Kim St-Pierre, gardienne de but ayant marqué l’histoire du hockey, demeure humble malgré tous les honneurs remportés au cours de sa formidable carrière.

 

Le dernier ? Nul autre que son intronisation au Temple de la renommée du hockey, symbole ultime des immortels de notre sport.

 

La cérémonie officielle de son intronisation a malheureusement été retardée dû à la pandémie. En attendant ce moment historique, nous avons eu la chance de discuter avec la triple médaillée d’or olympique qui nous partage ses généreux commentaires sur son intronisation, l’évolution du hockey féminin et ses récents projets.

 

 

Visionnez l’entrevue avec Kim St-Pierre

 

 

Qu’est-ce que l’intronisation au Temple de la renommée du hockey représente pour toi ?

Je pense que c’est le plus grand honneur qu’on peut recevoir au hockey. Surtout que quand j’ai commencé à jouer, je ne pensais jamais atteindre les plus hauts sommets des honneurs possibles.

 

Quand j’ai eu l’appel, c’était vraiment un accomplissement incroyable. C’est sûr que le hockey c’est un sport d’équipe alors de voir cet honneur-là individuel ça fait encore un peu bizarre. Mais c’est avec plaisir que je le partage avec toutes mes coéquipières, les entraîneur(e)s avec qui j’ai travaillé aussi, mes ami(e)s, ma famille.

 

Vraiment, c’est un travail d’équipe et d’être la huitième femme intronisée c’est quelque chose de spécial, surtout la première gardienne. Je ne l’avais même pas réalisé, j’étais la première gardienne à être intronisée au Temple de la renommée. Pour moi, c’est une opportunité incroyable de parler du hockey féminin et de promouvoir notre sport.

 

 

Que penses-tu de l’évolution du hockey féminin au cours des dernières années ?

Je vois ça d’une super belle façon. Quand j’ai commencé à jouer, il n’y avait aucune opportunité pour les filles. Les filles de ma génération comme Caroline Ouellette, on a grandi et joué avec les garçons il n’y avait pas le choix.

 

Maintenant, les opportunités sont incroyables tant au niveau du hockey mineur, des tournois de hockey qui sont offerts, des écoles de hockey. Comme je disais, Caroline Ouellette fait tellement beaucoup avec son tournoi ou la participation au tournoi Pee-wee de Québec. Mélodie Daoust aussi a une école de hockey, Marie-Philip Poulin.

 

Ce sont des opportunités qui n’existaient pas dans le temps et c’est vraiment incroyable pour les jeunes filles maintenant de demander à leurs parents si elles peuvent jouer au hockey et que les parents n’ont pas peur de cette aventure. J’essaie toujours d’imaginer mes parents quand j’avais huit ans. Je leur ai demandé de jouer au hockey et je faisais du patin artistique. Ils ont dû trouver ça difficile et se demander dans quelle aventure on se lançait toute la famille.

 

Ça n’a jamais été facile non plus avec les garçons jusqu’à 18 ans, mais en tous cas aujourd’hui de voir que les filles ont de belles opportunités et de beaux modèles au hockey féminin qu’on peut offrir surtout au Québec.

 

Il y avait les pionnières dans mon temps comme France St-Louis, Nancy Drolet, Danielle Goyette. Maintenant, les idoles que les jeunes filles peuvent avoir c’est incroyable de les voir à la télé. Moi je regardais le Canadien de Montréal et c’était ça un peu mes modèles masculins. Mais maintenant les beaux modèles en hockey féminin qu’on peut offrir aux jeunes filles qui commencent c’est tellement inspirant et motivant.

 

Tout ce côté-là aussi de l’exposure qu’on a du hockey féminin, je pense qu’il n’y en a pas encore assez. J’espère en voir plus dans les médias ou à la télévision, mais je pense que c’est beaucoup de progrès depuis mon jeune temps.

 

 

Quel message aimerais-tu offrir aux jeunes joueuses en cette période de pandémie ?

Ce n’est pas facile, moi-même je le vis avec mes deux garçons qui ont 7 et 8 ans. Ce n’est pas facile, c’est notre sport, notre tradition le hockey, mais je pense qu’il ne faut pas lâcher et il faut trouver d’autres façons de rester actifs et actives. C’est ça qui est important.

 

De ne pas dire « Ah je n’ai pas de hockey organisé, donc je ne peux pas jouer. » Il y a des opportunités comme aller patiner, faire du patin libre et bientôt les patinoires extérieures seront des opportunités de patiner. Aussi de découvrir d’autres sports, d’aller faire du ski.

 

Pour moi, le succès d’une bonne athlète, c’est de faire plusieurs sports, pas seulement un. Le hockey va revenir, on a confiance. On peut juste être patient. Pour moi, c’est l’opportunité de découvrir des sports et surtout d’aller dehors et profiter du beau temps.

 

C’est une excellente occasion pour peut-être ceux qui sont au niveau élite de travailler leur forme physique, travailler la flexibilité. Pour les gardiennes, on peut faire plus de Yoga, plus d’étirements. De vraiment travailler toute notre éthique de travail hors de la glace. Quand le hockey va reprendre, peut-être qu’on va être un peu rouillé, mais de travailler tout l’aspect mental, l’aspect physique, ce sont des choses qui sont possibles à faire.

 

Dernièrement, peut-être se fixer des objectifs. Des fois, on ne sait pas quand ça va reprendre, mais si chaque semaine on se fixe de petits objectifs, c’est le fun d’atteindre nos buts et de devenir une meilleure athlète à travers cette pandémie-là.

 

 

Sur quels projets travailles-tu présentement ?

Je travaille avec le programme BOKS. C’est un programme d’activité physique pour les enfants dans les écoles partout au Canada.

 

Ça faisait 4 ans quand j’ai pris ma retraite du hockey et j’ai eu mes deux enfants. Là ça fait 4 ans que je fais ça. Oui, le hockey c’est sûr que c’est ma grande passion, mais là j’ai la chance de promouvoir l’activité physique, d’aider les enfants à bouger dans les écoles et notre organisme à but non lucratif est supporté par Reebok.

 

Pour moi, le goût du sport a commencé dans mon école primaire. Là j’ai la chance d’inspirer, de motiver les enfants dans les écoles et aussi les professeurs, parce qu’on peut faire bouger les enfants en classe, au gymnase ou les services de garde aussi.

 

Je fais beaucoup la promotion d’activités physiques, des formations dans les écoles. Au niveau du hockey, je m’implique plus avec mes gars, les deux sont au niveau Novice. Ça fait 3 ans que je coache soit au niveau MAHG ou au niveau Novice.

 

Je suis plus au niveau du développement et parfois avec Caroline Ouellette, avec Hockey Québec, on a fait le Championnat des moins de 18 ans donc j’ai eu la chance d’aller avec l’Équipe du Québec. Le coaching quand même m’intéresse. C’est le fun tant au niveau élite qu’au niveau développement. Je trouve qu’il y a des défis à tous les niveaux.

 

C’est sûr que je manque un peu de temps, mais quand je peux aller dans les écoles de hockey et faire des présences dans les tournois, c’est sûr que ça me fait toujours plaisir de suivre tout ça et de suivre l’évolution.

 

De participer aussi à l’évolution du sport pour en arriver à une ligue professionnelle, ça, c’est vraiment un de mes rêves. Je ne suis pas impliquée directement dans les discussions, mais je suis là et je suis comme en attente de savoir si ça va débloquer. Ça va me faire plaisir de m’impliquer si un jour on voit une ligue professionnelle pour les femmes.

 

 

Hockey Québec tient à féliciter Mme Kim St-Pierre pour son intronisation au Temple de la renommée du hockey et la remercie chaleureusement pour toute son implication auprès du hockey féminin.

 

 

François Lachance

Coordonnateur communications, image de marque, soutien aux régions

flachance@hockey.qc.ca

Recherche

Partenaires

Première Présence
Fonds aide Fondation Hockey Canada
belairdirect
Tim Hortons - Cartes de collection LNH
Première Présence
Fonds aide Fondation Hockey Canada
belairdirect
Tim Hortons - Cartes de collection LNH
Première Présence
Fonds aide Fondation Hockey Canada
belairdirect
Tim Hortons - Cartes de collection LNH

Abonnement à l'infolettre

M'abonner

Social

Partenaires

Première Présence
Fonds d'aide Fondation Hockey Canada
Tim Hortons - Cartes de collection LNH
belairdirect
Première Présence
Fonds d'aide Fondation Hockey Canada
Tim Hortons - Cartes de collection LNH
belairdirect
Première Présence
Fonds d'aide Fondation Hockey Canada
Tim Hortons - Cartes de collection LNH
belairdirect