Jonathan Bernier : le plaisir avant tout

 
 

Quand il rencontre des jeunes hockeyeurs, la première chose que Jonathan Bernier leur dit, « c’est de s’amuser ». Pour le gardien des Red Wings de Détroit, le plaisir doit rester la priorité au hockey. Comment fait-on pour que le jeu reste amusant? Jonathan Bernier nous explique en racontant son parcours parsemé de bonheur.

 

Jonathan Bernier a joué son hockey mineur avec les Riverains et les Sénateurs de Laval. Pour le jeune hockeyeur, les rivalités chargées en émotion furent des moments inoubliables. « On avait de la rivalité à Laval. C’était toujours une grosse game », se rappelle-t-il.

 

Souvent, la camaraderie ressurgit lors de ces matchs intenses. Le gardien de Laval a ainsi créé des liens d’amitié avec ses coéquipiers, des liens qu’il entretient toujours aujourd’hui.

 

« Les liens que tu crées dans le monde du hockey sont durs à retrouver dans la vie de tous les jours. C’est quelque chose de spécial », explique le gardien originaire de Laval. Selon Bernier, les parents peuvent aussi profiter de ces moments passés à l’aréna. « En tant que parent, on crée des liens avec d’autres parents pendant que les jeunes en créent ensemble. C’est comme une grosse famille. »

 

Les bénévoles sont les moteurs des associations de hockey mineur. Grâce au temps qu’ils concèdent aux jeunes hockeyeurs, ils leurs donnent le sourire et les aident à persévérer lors des moments plus difficiles. À ce sujet, Jonathan Bernier se souviendra toujours de la générosité d’Yvon Chartrand, bénévole originaire de Saint-Vincent-de-Paul. « C’est une personne qui me tient à cœur et qui a toujours été là pour moi. C’est lui qui m’a fourni mon premier équipement de gardien », se remémore l’athlète de 31 ans.

 

La discipline pour continuer le plaisir

Pour faire perdurer le plaisir, la discipline a également un rôle important à jouer. Le gardien de but nous raconte comment son caractère l’a mené jusqu’à la Ligue Nationale.

 

« Oui, tu joues au hockey pour avoir du fun. Mais il faut que tu te lèves le matin, que tu ailles t’entraîner et que tu mettes les efforts. Que ce soit dans le hockey ou la vie de tous les jours, il faut que tu approches tous les jours de la même façon. Je pense que c’est ça qui est bon d’être dans un sport et surtout au hockey. »

 

Visionnez un extrait de l’entrevue

 

 

En terminant, Jonathan Bernier souhaite partager un message aux jeunes qui veulent suivre ses pas.

 

« Quand j’étais jeune, je me voyais être Patrick Roy et Martin Brodeur. J’ai travaillé, j’ai mis beaucoup d’efforts, puis ça m’a amené où je suis aujourd’hui. Donc, juste de s’amuser et le processus va venir graduellement. Et vous allez voir, ça va être que du plaisir pour se rendre où je suis rendu. »

 

Avec le parcours qu’il connaît, il serait difficile de contredire le gardien des Red Wings de Détroit. Jonathan Bernier est l’exemple parfait de ce que la combinaison du plaisir et de la discipline peut nous permettre d’accomplir. Au hockey, tout comme dans la vie.

 

François Lachance

Coordonnateur communications, image de marque, soutien aux régions

flachance@hockey.qc.ca