Discussion entre Léa-Rose Couture des Stars 55 et Bruno Gervais

Léa-Rose Couture des Stars 55 et Bruno Gervais, ex-joueur de la LNH

 

 

Grande gagnante du concours d’habiletés de Hockey Québec, Léa-Rose Couture est une joueuse évoluant dans la LHEQ avec la formation des Stars 55 Maurice, Centre-du-Québec.

 

L’athlète de 13 ans a récemment eu la chance de discuter de son parcours, de hockey féminin et du retour au hockey avec l’ex-joueur de la LNH et analyste, Bruno Gervais.

 

Voici quelques moments forts de cette discussion entre ces deux générations de hockeyeurs.

 

 

Visionnez un extrait de l’entrevue

 

 

Le parcours de Léa-Rose Couture

B.G. Qu’est-ce qui t’as amené à choisir le hockey comme sport?

LR.C. Mon frère et mon père. Toute ma famille joue au hockey. Mon père m’avait amené à la patinoire et j’avais beaucoup aimé ça. J’ai décidé de commencer et je suis tout de suite tombé en amour avec ce sport-là.

 

B.G. Parle-moi de ton parcours de joueuse. Cela a commencé où?

LR.C. J’ai commencé à patiner à quatre ans. À 6 ans environ, j’ai commencé à jouer. J’ai joué avec les gars jusqu’à ma deuxième année Atome. Après, dans le Pee-wee, je suis tombé avec les filles et là je suis encore avec les filles.

 

B.G. Quel est la grande différence entre une équipe de garçon, une équipe mixte ou une équipe juste de filles?

LR.C. Je me sens plus intégré avec les filles. Avec les garçons, ce n’est pas la même énergie. Les gars, il faut que tu fasses ta place, mais avec les filles, elles vont toutes t’accueillir et tu vas déjà être dans la famille.

 

B.G. Qu’est-ce que ton sport t’amène dans la vie de tous les jours?

LR.C. De ne pas abandonner tant que ce n’est pas fini, de toujours donner son 100%. Ça amène plein de choses comme être plus disciplinée et tu peux te faire de nouvelles amies, créer des liens.

 

Le retour au hockey

B.G. C’est sur pause présentement, mais qu’est-ce que tu savoures le plus de ton sport, qu’est-ce qui te fait tripper le plus dans le hockey?

LR.C. La compétition. J’aime beaucoup ça avoir de la compétition et mettre tout mon effort. Je suis beaucoup compétitive. Je n’aime pas faire un sport tout seul, j’aime mieux que ce soit en équipe.

 

B.G. Qu’est-ce que tu t’ennuies le plus de ton sport?

LR.C. Je m’ennuie beaucoup de mon équipe. On a de forts liens. Je les aime beaucoup et je m’ennuie vraiment.

 

B.G. Qu’est-ce que tu fais de ton quotidien dans le confinement qui te permet de rester en forme ou prête à un retour au hockey?

LR.C. En arrière de chez moi, j’ai des plaques de hockey et un but et je tire pas mal à chaque jour. Je me pratique beaucoup. C’est sûr que l’école aide parce que je suis en sports-études et je peux embarquer sur la glace et j’ai des hors glace, donc ça m’aide. Des fois, je vais faire de petits joggings.

 

B.G. Aurais-tu un conseil pour les quelques joueurs ou quelques joueuses qui ne savent pas quoi faire pour rester prêts et pour se changer les idées pendant ce moment-là?

LR.C. De ne pas abandonner. C’est sûr que c’est plate, on vit tous la même situation. Mais je suis sûr qu’à un moment donné on va recommencer à jouer au hockey. Il faut rester en forme et garder espoir.

 

B.G. Quand c’est devenu du 4 contre 4, est-ce que tu as eu la chance de jouer comme ça et tu en as pensé quoi?

LR.C. J’aime quasiment mieux ça. C’est un peu plus dur pour le cardio, mais j’ai beaucoup de vitesse, donc j’aime mieux ça parce que j’ai plus d’espace. Je peux la monter (la rondelle).

 

L’esprit d’équipe, le plaisir de jouer, la victoire et les objectifs personnels

B.G. Est-ce que tu pourrais placer en ordre d’importance les 4 éléments suivants? L’esprit d’équipe, le plaisir de jouer, la victoire et les objectifs personnels.

LR.C. Le plaisir est le premier. L’esprit d’équipe, les objectifs personnels et la victoire.

B.G. Je travaille beaucoup avec le Groupe Respect, qui fait des formations en ligne dans le domaine du sport, notamment pour les entraîneurs. Garder les filles dans le sport est un sujet sur lequel on travaille beaucoup. Il y a beaucoup d’abandons pour ce qui est des filles et une des choses qui revient souvent, c’est un peu comme tu viens de le classer dans l’ordre des priorités.

Les filles veulent avoir du plaisir et un sentiment d’appartenance. Quand tu parlais de la camaraderie, le fait que tu aies une équipe, un cri d’équipe, que tu aies du plaisir avec les joueuses avec qui tu es, c’est super important pour les filles. Des fois, quand on parle à tous les joueurs et joueuses au niveau du pays et du Canada, en grand nombre, ce qui revient un peu plus souvent du côté masculin, c’est qu’ils vont qualifier une bonne saison s’ils ont gagné, s’ils ont eu du succès.

Des fois, l’entraîneur qui fait cette approche-là, c’est là qu’il va faire abandonner des filles qui ont peut-être moins de plaisir à travers tout ça. C’est important de prôner cet esprit de camaraderie et d’avoir du plaisir quand tu te rends à l’aréna et avoir un sentiment d’appartenance.

 

Hockey Québec remercie Léa-Rose Couture et Bruno Gervais pour cette discussion des plus intéressantes sur ces enjeux qui touchent actuellement notre sport.