« Savoir gagner, savoir perdre… et rester humble » - Pascal Vincent

 

C’est en présentant le parcours de différents entraîneurs de la Ligue nationale de hockey que M. Pascal Vincent a amorcé sa conférence, laquelle avait comme thème le cheminement de l’entraineur, ce midi à l’occasion de la mise en branle du stage Haute Performance 1. L’entraîneur-chef du Moose du Manitoba a profité de cette heure et trente minutes pour discuter de son évolution personnelle et professionnelle des dernières années, alors que le hockey l’a mené sur des chemins imprévus, mais fort bénéfiques.  

 

« J’aimais étudier quand j’étais jeune, je me dirigeais vers l'université. Mes parents étaient fiers de moi. Puis, je les ai appelés pour leur dire que j’allais être entraîneur-adjoint à 250 $ par semaine », d’affirmer M. Vincent lorsqu’il s’est lancé dans l’histoire de son parcours en tant qu’entraîneur au hockey, captant aisément l’attention des 57 entraîneurs présents dans la salle à St-Jean-sur-Richelieu.

 

Le plus gros problème à ses débuts ? « Je ne parlais pas anglais », d’affirmer l’ancien joueur de centre. « Puis, j’ai réalisé : tu aimes coacher, tu dois apprendre l’anglais », s’est-il remémoré. L’ancien entraîneur-chef des Screaming Eagles du Cap Breton dans la LHJMQ de 2000 à 2008 a ensuite avoué avoir demandé l’aide de ses joueurs lors de son arrivée au Cap Breton ; « J’ai besoin de votre aide. Si je ne suis pas clair ou que vous ne comprenez pas ce que je dis, faites m’en part. » S’est ensuivi un judicieux conseil à l’endroit de tous ces entraîneurs qui souhaitent un jour atteindre les rangs professionnels. « L’une des plus grandes leçons que j’ai apprises dans ma vie : lorsque tu es sincère avec ceux que tu côtoies, tu reçois dix fois plus en retour. Ne joue pas de game avec tes joueurs. Sois honnête. Si tu n’es pas fâché, ne fais pas comme si tu l’étais. »

 

« C’est faisable. »

 

Voilà une phrase qu’a dit à maintes reprises M. Vincent lors de sa conférence. L’ancien adjoint des Jets de Winnipeg a par la suite tenu à présenter aux participants du stage HP1 une série de trucs pour leur permettre de se démarquer en tant qu’entraîneurs. Parmi ces trucs : l’importance de s’impliquer dans les programmes nationaux, d’apprendre à devenir un entraîneur-adjoint travaillant, efficace et constant ainsi que d’être confortable dans l’instabilité.

 

Le natif de Laval a ensuite précisé qu’il est primordial de s’entourer de gens desquels on peut apprendre. « J’ai trois mentors : un entraîneur, un psychologue sportif et un médecin. J’essaie d’apprendre de ces gens. »

 

Celui qui a connu un cheminement hors pair respire l’humilité. Son dernier conseil du jour ? « Il faut savoir gagner, savoir perdre… et rester humble. Il faut toujours rester humble. »

 

Chose certaine, la conférence d’ouverture a permis d’entamer le stage Haute Performance 1 de belle façon. Les deux conférences de M. Stéphane Perreault, portant sur le travail d’équipe et la fixation d’objectifs, qui ont suivies ont permis de terminer cette première journée en beauté.

 

Source

Katherine Harvey-Pinard

Communications

Hockey Québec

Kharvey-pinard@hockey.qc.ca