Présentation de l’espoir #1: Alexis Lafrenière

 

 

Pour la majorité des observateurs, il ne fait aucun doute qu’Alexis Lafrenière sera le tout premier choix du repêchage 2017 de la LHJMQ. Âgé de 15 ans seulement, il a dominé le circuit Midget AAA avec une récolte de 33 buts et 50 mentions d’aide (83 points) en 36 matchs. C’est 15 points de plus que son plus proche poursuivant.

« Il mérite pleinement son titre de premier de classe. Il est spectaculaire. Quand il est sur la glace, il y a toujours quelque chose de positif. C’est un joueur d’élite qui rend ses coéquipiers meilleurs. Il a la capacité de trouver rapidement l’espace libre pour s’y infiltrer », explique le directeur du Centre de soutien au recrutement de la LHJMQ, Carl Bouchard.

Lafrenière estime que son coup de patin et sa vision du jeu constituent ses plus beaux atouts. Il aimerait améliorer la qualité de ses tirs, mais surtout, le travail dans son territoire… une lecture partagée par son ex-entraîneur.

« Dans son cas, c’est de mieux évaluer quand jouer l’homme et quand appliquer une défensive de zone. La beauté de la chose, c’est que les rangs juniors aussi doivent être considérés comme un milieu d’apprentissage. Je suis convaincu qu’il peut réussir à composer avec la pression d’être le premier choix au total. Il a tout ce qu’il faut. Ça fait deux ans que les projecteurs sont sur lui et il a toujours bien répondu. C’est un garçon qui a une grande maturité », ajoute Martin Daoust qui pilotait jusqu’à récemment les Vikings de Saint-Eustache.

Alexis sait très bien qu’être le premier appelé sur la grande tribune vient avec une énorme pression. Ça ne semble toutefois pas l’embêter.

« Que je sois premier, deuxième ou cinquième; l’important c’est d’être repêché. Mon objectif, c’est évidemment de l’être le plus tôt possible, mais je ne contrôle pas le reste. »

Une étincelle qui a tout changé

Lafrenière a toujours été l’un des bons joueurs de son équipe, mais c’est à partir des rangs bantams qu’il a établi sa dominance.

« Je ne peux pas expliquer ce qui s’est passé… Mais tout a débloqué à ce moment précis. J’ai gagné rapidement en confiance, j’ai commencé à dominer le circuit et depuis ce temps, je tente de garder le rythme. Je suis conscient que pour continuer chez les juniors, je devrai améliorer ma force physique. Ce sont des hommes… Il faut être capable de rivaliser. »

Son entraîneur Martin Daoust s’attend toutefois à ce que l’adaptation se passe plutôt bien.

« Son coffre à outils n’est pas encore plein, mais il est certainement plus garni que la majorité des joueurs de son âge. Il a plus de mains, de vision et d’aptitude à passer la rondelle que le reste des joueurs. Offensivement, je n’ai rien à lui reprocher; si ce n’est qu’il aurait parfois avantage à lancer plus souvent plutôt que de chercher absolument à passer le disque à un coéquipier. »

Un été chargé

Premier choix ou non, Lafrenière n’entends pas s’asseoir sur son statut de jeune prodige. Il prévoit un été d’entraînement intensif, possiblement le plus chargé de sa jeune vie.

« Pour réussir au niveau supérieur, je devrai tout améliorer. Je veux avoir un meilleur lancer et de meilleures habiletés avec la rondelle… Je suis un fabricant de jeu, mais je peux aussi marquer. Je n’hésite pas à prendre le tir quand j’ai une brèche… Mais ce serait encore mieux s’il était plus puissant », sourit le jeune attaquant représenté par Olivier Fortier et Christian Daigle.

Alexis convient qu’il n’est pas le plus bavard dans le vestiaire. C’est par son éthique de travail qu’il montre l’exemple. L’esprit d’équipe est toutefois très important pour lui. Il entend d’ailleurs passer cette journée spéciale en compagnie de ses coéquipiers.

Christopher Merisiez-Ortiz et Nathan Légaré font également partie des dix meilleurs espoirs en prévision du repêchage.

« C’est certain que si on en a l’occasion, on va s’asseoir ensemble dans les gradins. C’est une journée très importante dans nos carrières et ce serait exceptionnel de pouvoir la vivre tous ensemble ! »

 
Source: LHJMQ