Martin Raymond : le jeu défensif

 


 

Source : ottawacitizen.com

Le stage Haute Performance 1 arrive à grands pas. Aujourd’hui, faites connaissance avec nul autre que l’entraîneur-adjoint des Sénateurs d’Ottawa, Martin Raymond, qui vous parlera de jeu défensif lors de son passage à St-Jean-sur-Richelieu.

 

Martin Raymond a dirigé plusieurs équipes au cours de sa carrière; il fût entraîneur-adjoint chez les Bulldogs d’Hamilton en 2009-2010, puis chez le Lightning de Tampa Bay de 2010 à 2013, pour ensuite se transporter à Drummondville en 2013 afin d’agir à titre d’entraîneur-chef chez les Voltigeurs le temps de deux saisons.

 

« Quand je donne cette conférence, je veux toujours rappeler aux entraîneurs que c’est important, si on veut que notre équipe soit efficace défensivement, de travailler sur les habiletés de nos joueurs. C’est notre responsabilité comme entraîneur, explique M. Raymond. Quand on débute comme entraîneur, et je faisais la même chose, on a tendance à vouloir tout de suite sauter dans les systèmes de jeu collectifs parce que c’est ce qu’on aime faire et on croit que c’est la solution à tous nos problèmes, mais les habiletés de nos joueurs vont faire en sorte que notre équipe sera bonne ou moins bonne dans l’exécution de ces systèmes de jeu », ajoute celui qui dirigeait un certain défenseur du nom d’Erik Karlsson cette saison.

 

L’adjoint de Guy Boucher avoue apprécier ces événements, comme le stage HP1, qui lui permettent, à lui aussi, de s’instruire. « Quand j’ai l’occasion d’écouter d’autres entraîneurs partager leurs expériences, je trouve ça très enrichissant et bon pour mon développement en tant qu’entraîneur. Hockey Québec a toujours donné accès à de bonnes conférences, même quand j’ai commencé à diriger, et c’est ma responsabilité de redonner à la communauté de hockey ce que j’ai reçu d’elle. »

 

Questionné sur ce qu’il croit être nécessaire pour être un bon entraîneur dans le hockey mineur, M. Raymond répond : « Les gens ne le réalisent pas, mais être entraîneur aujourd’hui est très exigeant. Ça prend du dévouement, il faut aimer les jeunes pour avoir du succès au hockey mineur comme entraineur. Quand je parle de succès, je ne parle pas de victoires; je parle de réussite dans le jeu du hockey, mais aussi des valeurs que l’on veut apporter à nos jeunes, qui sont les futurs leaders de notre société. Ça prend beaucoup de temps et de compassion, il faut être présent pour eux », complète-t-il.

 

« Le coaching, c’est de toujours apprendre. On n’en sait jamais assez », de conclure celui qui a évolué pour l’Université McGill de 1987 à 1991.  

 

Stéphane Dubé : la préparation physique

Alexandre Burrows, Danius Zubrus, Antoine Roussel et Anthony Duclair ne sont que quelques-uns des joueurs œuvrant chez les professionnels ayant été encadrés par ce préparateur physique reconnu. Celui qui est à l’emploi de l’Armada de Blainville-Boisbriand est devenu, au fil des années, une sommité dans son domaine; il connait tous les secrets qui permettent de mener un joueur jusqu’aux sommets.

 

Yanick Gagné : la planification du développement d’un athlète

Au cours des douze dernières années, Yanik Gagné a coordonné les dossiers des officiels, de l’initiation, du hockey féminin, du développement des joueurs chez Hockey Québec et du Programme d’excellence Équipe Québec. Sur la scène internationale, il a collaboré avec Équipe Canada Rouge à l’occasion du Défi mondial des moins de 17 ans 2016. Son bagage d’expériences et de connaissances est particulièrement chargé en termes de développement du joueur, ce dont il saura vous parler en détails lors de sa conférence.

 

Source

Katherine Harvey-Pinard

Communications

Hockey Québec

Kharvey-pinard@hockey.qc.ca