Les filles battent... les filles!

Crédit photo - Pascal Huot

 
 Équipe Québec féminin défait la formation féminine Detroit Little Caesars de Manon Rhéaume
 

Le Centre Vidéotron a vibré au rythme du hockey féminin, samedi après-midi. Dans le premier match tout féminin de l’histoire du Tournoi international de hockey pee-wee de Québec, Équipe Québec féminin a pris la mesure de Detroit Little Ceasars dirigée par Manon Rhéaume au compte de 2-0.

Rien n’avait été laissé au hasard, d’ailleurs, pour cette première historique. Le Tournoi pee-wee avait mandaté trois arbitres féminines pour ce match et avait aussi fait appel à Myriam Girardin pour être l’annonceuse.

« Ça me rend très fière, a mentionné Caroline Ouellette, qui est de retour derrière le banc d’Équipe Québec féminin pour une troisième année. J’apprécie que le tournoi ait mis trois arbitres féminines et une annonceuse. C’est un beau moment pour notre sport. Même les petits gars dans les estrades voient que des filles, ça peut jouer au hockey au même niveau qu’eux. C’est comme ça qu’on avance comme société quand tous nos membres peuvent être acceptés et admirés dans les sports. »

Le match a d’ailleurs été âprement disputé et a même donné droit à du jeu physique digne des affrontements Canada–États-Unis !

« Les deux équipes voulaient gagner et on sentait la belle rivalité entre les deux pays, même au niveau pee-wee », a ajouté Ouellette.

Des buts de Sienna D’Alessandro et Alexia Aubin en troisième période ont permis aux étoiles féminines de l’emporter. Les gardiennes Lori-Ève Gendron et Arianne Leblanc se sont quant à elles partagé le jeu blanc.

DE BONS SOUVENIRS POUR RHÉAUME

Pour Rhéaume, la rencontre de samedi a fait ressortir de bons vieux souvenirs. Il y a 34 ans, en 1984, elle devenait la première fille à prendre part à ce tournoi.

« Je me souviens que lorsque j’avais joué mon premier match, j’étais tellement nerveuse. J’avais de la misère à patiner parce que mes jambes claquaient ensemble ! Je me souvenais de ça et j’espérais aujourd’hui que mes filles soient capables d’avoir une bonne partie malgré la nervosité. »

Et la native de Lac-Beauport qui réside aujourd’hui dans la région de Detroit donnait du crédit à ses jeunes troupières qui ont beaucoup mieux réagi, à ses yeux, qu’elle-même il y a 34 ans.

« Elles tremblaient dans le vestiaire. Nous avons eu la visite de l’ambassadrice des États-Unis et du premier ministre du Québec avant le match. Par contre, quand la partie a commencé, elles ont joué au hockey. Nous ne sommes qu’une équipe locale et de bien faire contre une équipe d’étoiles, ça me rend très fière. »

RETROUVAILLES

Si les deux équipes étaient adversaires sur la patinoire, l’ambiance était plutôt à la fraternité avant la rencontre lorsque Ouellette et Kim St-Pierre ont renoué avec Rhéaume. Même si les deux premières n’ont jamais joué ensemble avec l’équipe nationale, elles ont tissé des liens au fil des ans.

« C’était un beau moment. On ne se voit pas beaucoup, Manon et moi. Je l’avais vue au Championnat du monde, l’an dernier, au Michigan. C’est une bonne amie et quand on se revoit, c’est comme si on ne s’était pas perdues de vue. C’est toujours agréable », a mentionné Ouellette.

Équipe Québec féminin reprendra l’action demain soir, 19 h 15, face au Fire d’Atlanta au Centre Vidéotron tandis que Detroit Little Caesars poursuivra son parcours au Pavillon de la Jeunesse. Elles affronteront les Islanders de Charlottetown, à 17 h 30, demain soir également.

Source

Kevin Dubé

Journal de Québec