Frédérick Gaudreau, un exemple de persévérance

Crédit photo: LNH

(Montréal, Qc) Le dimanche 11 juin 2017 - Depuis déjà quelques semaines, le nom de Frédérick Gaudreau est sur toutes les lèvres dans le monde du hockey. En effet, le natif de Bromont dispute présentement la finale de la Coupe Stanley avec les Prédateurs de Nashville, et ce, après avoir été rappelé pour s'entraîner avec l'équipe de réserve! Toutefois, il ne s'agit pas de la première fois où Gaudreau doit faire face à l'adversité. Jamais repêché tant au niveau junior que professionnel, il a déjoué la loi de la moyenne et a fait son chemin jusqu'à la LNH. 

 

Un parcours sinueux

 

Après avoir joué la majeure partie de son hockey mineur dans les rangs AA, Frédérick fait face à ses premières embuches au niveau bantam, alors qu'il est retranché du bantam AA lors de ses deux camps d'entraînement. L'été suivant, il obtient tout de même une invitation pour le précamp des Cantonniers de Magog, où il se fait retrancher lors des premières coupures : « La première année midget, je me suis présenté à Magog dans l'intention de me rendre au camp final. Je n'ai finalement jamais été même proche de m'y rendre! J'ai été coupé dans les premiers joueurs et j'ai dû retourner jouer à l'espoir à Drummondville », se souvient le joueur de centre.

 

Il ne se laisse toutefois pas abattre et retourne au camp l'année suivante, alors qu'il réussit à se tailler un poste dans la formation magogoise. Les réjouissances sont toutefois de courte durée, alors qu'il subit une blessure des plus douloureuses tôt dans la saison, blessure qui, aux dires des médecins, aurait pu mettre un terme à sa carrière de hockeyeur : « À 16 ans j'ai eu une fracture ouverte du poignet droit lors d'un match midget AAA. C'était loin d'être chic! Les médecins me disaient même que je ne jouerais peut-être plus jamais au hockey », raconte-t-il.

 

Au final, Gaudreau déjoue les pronostiques et est présent pour le match d'ouverture des Cantonniers de Magog au sa troisième et dernière saison midget, et ce, à titre de capitaine de l'équipe. Il amassera un total de 39 points en 42 matchs, ce qui lui vaut quelques invitations dans différents camps dans la LHJMQ. « J'avais reçu 5 ou 6 invitations, mais j'avais vraiment un bon feeling à Shawinigan. Les gens me trouvaient fou d'aller là-bas l'année où ils accueillaient la Coupe Memorial, mais je trouvais que c'était un beau défi. Finalement, j'ai fait ma place et j'ai eu la chance de gagner la Coupe à la fin de l'année, c'était incroyable! », se remémore celui qu'on appelle désormais « Freddy Hockey ». 

 

Il jouera finalement un total de 195 rencontres dans la LHJMQ, avec les Cataractes et les Voltigeurs, amassant pas moins de 134 points. Ses statistiques lui permettent même de signer un contrat professionnel avec les Prédateurs de Nashville suite à des séries éliminatoires impressionnantes.

 

À sa première saison, il fera la navette entre Cincinnati dans la Ligue de la côte est et Milwaukee, dans la Ligue américaine. Lors de sa saison suivante, en 2015-16, Gaudreau est laissé de côté pour le premier match de la saison dans la AHL, mais pas pour bien longtemps : « Ils ont décidé de m'habiller pour la deuxième game et j'ai obtenu un point. Ensuite, ils m'ont gardé dans le line-up et j'ai continué de produire. J'ai même été invité au match des étoiles cette année-là! », mentionne-t-il.

 

Le début d'une grande aventure

 

Cette année, Gaudreau a joué ses premiers matchs dans la LNH avec les Prédateurs, amassant 1 passe en 9 rencontres. Il est quand même rappelé du club-école à la fin des séries éliminatoires pour pratiquer avec l'équipe de réserve. Cependant, les blessures à quelques joueurs clés de la formation du Tennessee viendront donner une chance au jeune Québécois : « On nous dit toujours de rester prêts en tout temps quand on est dans les blacks aces, mais on sait très bien que c’est difficile de se faire une place avec l’équipe. Quand Johansen et Fiala se sont blessés, on m’a monté avec la vraie équipe et j’ai commencé à y croire! Finalement, j’ai fait mes débuts dans la série contre Anaheim et je suis resté dans la formation depuis ».

 

Même si son contrat vient à échéance à la fin de la présente saison, Gaudreau ne se fait pas d’attentes pour le moment et n’est concentré que sur une seule chose : remporter la Coupe Stanley. « Je me concentre à donner le meilleur de moi-même en tout temps. J’essaie d’apprécier le moment présent le plus possible. Après, on verra ce qui se passe », dit-il.

 

Ce soir, il disputera sa huitième rencontre éliminatoire et tentera de s’inscrire sur la feuille de pointage pour une quatrième fois. Malgré la cuisante défaite de jeudi dernier, Gaudreau assure que les Prédateurs sont toujours dans le coup : « Même si on a perdu jeudi soir, l’ambiance est bonne. Les gars sont tous conscients de ce qui se passe en on veut jouer un shift à la fois et forcer un septième match ».

 

Un message spécial pour nos jeunes hockeyeurs

 

Pour Frédérick Gaudreau, il n’y a pas de recette magique pour atteindre les rangs professionnels. Malgré tous les moments plus difficiles auxquels il a dû faire face, Gaudreau croit que c’est possible de réaliser ce chemin, et ce, même en passant sous le radar. « Tout au long de ma carrière, j’ai rencontré beaucoup de gens négatifs. Il faut faire fit de ces commentaires-là et toujours continuer de faire ce qu’on aime. J’aime jouer au hockey, c’est ma passion, alors j’ai décidé de me lancer à fond! J’y ai toujours cru au fond de moi », confie-t-il.

 

En revanche, il a aussi eu la chance d’être entouré des gens positifs qui l’ont toujours soutenu dans ses projets : « J’ai plein d’anciens coachs et coéquipiers qui m’ont toujours supporté. Même chose pour ma famille et mes amis qui ont toujours cru en moi. Il faut s’accrocher le plus possible aux gens positifs! Je pense que quand tu veux quelque chose, c’est possible de l’atteindre, mais seulement si tu en es passionné. J’aime ce que je fais et j’ai eu de belles opportunités qui m’ont mené jusqu’ici », conclut-il.

 

Somme toute, Frédérick aura su faire sa place à tous les niveaux dans lesquels il a joué. Sa persévérance et son éthique de travail l’auront amené jusque dans la LNH où, espérons-le, il poursuivra sa carrière l’an prochain.

 

Hockey Québec tient à remercier Frédérick pour son temps et lui souhaite la meilleure des chances dans sa quête de la Coupe Stanley avec les Prédateurs de Nashville.

 

 

Source

Mathieu Fontaine

Communications

Hockey Québec

mfontaine@hockey.qc.ca