DES ARBITRES PASSIONNÉS À LA COUPE DODGE

 

 

 Yannick Charrette (à gauche) et ses coéquipiers arbitres de la Mauricie. 

Yannick Charrette fait partie des quelque 200 personnes qui foulent la glace dans le cadre de la Coupe Dodge, sifflet en main, chandail zébré sur les épaules. Arbitre en chef de la Mauricie, le jeune homme en est à sa deuxième participation en tant qu’officiel à la compétition provinciale. Outre la passion du hockey, c’est le fait de côtoyer des arbitres de partout qui lui plait le plus, « voir comment eux fonctionnent et l’évolution dans certaines régions », raconte celui qui est arbitre depuis 11 ans.

 

Entouré de ses coéquipiers de la Mauricie, tout juste à l’extérieur de l’aréna Jean-Paul-Sabourin de Gatineau, Yannick Charrette raconte qu’il donne tout pour son sport. « J’ai même perdu deux dents. Deux bâtons en plein visage », se rappelle le jeune homme, sous les rires moqueurs des autres arbitres qui l’écoutent. Présent cette semaine en Outaouais pour le volet féminin, il sera également de la partie au volet masculin de la semaine prochaine. Pour un arbitre, il avoue que la plus grande différence entre les deux se situe au niveau de l’intensité.

 

Le métier d’arbitre est reconnu pour être difficile mentalement. Il faut assumer les décisions qui sont prises sur la glace et faire valoir sa vision. « C’est certain que ça fait partie du métier », concède-t-il en parlant des critiques. « Le plus difficile c’est qu’on a une vision sur la glace que les entraîneurs n’ont pas de leur banc. Parfois, il faut concilier  notre vision, celle des entraîneurs et celle des parents », explique Yannick Charrette.

 

Le jeune arbitre précise qu’il y a presque autant d’officielles filles que garçons pour le volet féminin de la Coupe Dodge 2014. « Par exemple, pour les catégories comme le Midget AAA, il n’y a que des arbitres filles », ajoute-t-il.

 

Yannick Charrette ne regrette pas d’avoir abandonné la pratique du hockey pour devenir arbitre il y a plusieurs années. « C’est une fierté d’avoir été choisi pour les deux volets de la Coupe Dodge ». 

 

Par Annabelle Leclair