MISES EN ÉCHEC ILLÉGALES


A. Mises en échec par derrière

Le but d’une mise en échec corporelle est de récupérer la rondelle, tout en respectant les règles de jeu. Le bâton doit donc demeurer près de la glace et la première action est de placer sa lame de bâton directement sur celle de l’adversaire et de la rondelle.

Le fait qu’un joueur, sur le point de subir une mise en échec se soit tourné et, de ce fait, ait créé un contact par derrière, ne doit pas constituer un facteur atténuant. Le fardeau d’éviter une mise en échec par derrière repose, en tout temps, sur les épaules du joueur appliquant la mise en échec. Les joueurs devront donc opter d’éviter une mise en échec si celle-ci risque d’occasionner un contact par derrière. Les conséquences potentielles sont trop sérieuses et ne sauront être tolérées en aucun cas. Par conséquent, cette règle sera appliquée strictement. Les officiels sont encouragés à imposer la punition appropriée pour mise en échec par derrière et ne pas substituer celle-ci par d’autres infractions moins sévères lorsqu’un joueur est mis en échec par derrière de quelque manière que ce soit.

À cet égard, les officiels devraient porter une attention particulière aux éléments suivants en ce qui concerne les mises en échec par derrière : le point de contact (contre le dos), le fait que le joueur appliquant la mise en échec soit en mouvement, la vitesse de celui-ci, la projection et la vulnérabilité de la victime et le degré de violence de l’impact. L’article 6.4 stipule ce qui suit en ce qui concerne les mises en échec par derrière :

(a) Une punition mineure et une punition d’extrême inconduite ou, à la discrétion de l’arbitre, une punition majeure et une punition d’extrême inconduite, selon la violence de l’impact, devront être imposées à tout joueur qui pousse, met en échec ou frappe intentionnellement un joueur adverse par-derrière n’importe où sur la glace. Si un joueur est blessé, une punition majeure et une punition d’extrême inconduite doivent être imposées. Une punition de match peut aussi être imposée en vertu de cet article.

(b) Lorsqu’un joueur est frappé avec un bâton élevé ou un double-échec, mis en échec, poussé, frappé ou projeté par-derrière contre la bande ou un but de n’importe quelque façon que ce soit, sans qu’il soit en mesure de se protéger ou se défendre, une punition de match sera imposée.

 

Exemple de mise en échec par derrière

 

Exemple de mise en échec par derrière violente

 

Exemple de mise en échec par derrière

 

 

B. Mises en échec tardives / Obstruction

Lorsque le porteur dégage, tire ou passe la rondelle alors qu’il est sur le point de subir une mise en échec, l’adversaire peut appliquer une telle mise en échec si, au moment où la rondelle est relâchée, l’espace séparant les deux joueurs est inférieur ou égal à la longueur d’un bras et un bâton et que ladite mise en échec est complétée sans délai indu. Les mises en échec tardives sont dangereuses car celui qui n’a plus la rondelle ne s’attend pas à recevoir une mise en échec corporelle. Une telle action ne fera que le sortir du jeu et donner un surnombre à l’adversaire. L’article 7.3 des règles de jeu prévoit :

(a) Une punition mineure ou, à la discrétion de l’arbitre, une punition majeure et une punition d’extrême inconduite pour obstruction seront imposées à tout joueur qui : obstrue ou empêche la progression d’un adversaire qui n’est pas en possession de la rondelle ; [...]

(e) Une punition majeure et une punition d’extrême inconduite seront imposées à tout joueur qui blesse un adversaire en commettant de l’obstruction.

 

« Compléter » une mise en échec de façon illégale

 

« Compléter » une mise en échec de façon légale

 

Mise en échec depuis l'angle mort et sans possession de la rondelle (obstruction)

 

Mise en échec depuis l'angle mort et sans possession de la rondelle (obstruction)

 

Mise en échec depuis l'angle mort et sans possession de la rondelle (obstruction)

 

Mise en échec tardive et sans possession de la rondelle (obstruction)

 

C. Situations de vulnérabilité / Angle mort

Encore une fois, la notion de respect, ici entre les joueurs eux-mêmes, est primordiale afin d’éviter des situations qui, trop souvent, résultent en des blessures qui n’auraient pas dû avoir lieu. Chaque joueur en possession de la rondelle doit s’assurer de prendre toute l’information en tout temps afin de voir venir les joueurs adverses. Le joueur qui applique la mise en échec doit agir avec sécurité en évitant tout contact inapproprié si le porteur ne peut voir venir le coup, soit en provenance de son angle mort ce qui le rend vulnérable. Il n’existe pas une règle de jeu qui traite spécifiquement de la question de la vulnérabilité d’un adversaire dans le contexte où celui-ci subit une mise en échec. Toutefois, la vulnérabilité d’un tel joueur est certes un facteur considéré par les officiels dans le cadre de l’imposition de certaines punitions et peut, notamment, avoir un effet sur la gravité de celles-ci.

 

« Compléter » une mise en échec après un tir ou une passe

 

Reconnaitre une passe « suicide »

 

Le porteur de la rondelle se place dos pour protéger la rondelle

 

Exemple d'une infraction pour avoir donné de la bande

 

Mise en échec depuis l'angle mort et en possession de la rondelle (assaut)

 

Conseils aux joueurs

Le but d’une mise en échec corporelle est de récupérer la rondelle, tout en respectant les règles de jeu. Le bâton doit donc demeurer près de la glace et la première action est de placer sa lame de bâton directement sur celle de l’adversaire et de la rondelle.

Si le joueur défensif fait face au dos de l’adversaire, il est strictement interdit d’appliquer une mise en échec. Les conséquences sont trop sérieuses et ne sauront tolérées en aucun cas.

Si le joueur défensif est à plus d’une distance d'un bras et un bâton lorsque la rondelle quitte le bâton de l’adversaire, il ne peut compléter sa mise en échec. Les mises en échec tardives sont dangereuses car celui qui n’a plus la rondelle ne s’attend pas à recevoir une mise en échec corporelle. Une telle action ne fera que le sortir du jeu et donner un surnombre à l’adversaire.

Le respect doit s’installer entre les joueurs, spécialement si un joueur se trouve en situation de vulnérabilité. Même si chaque joueur doit s’assurer de prendre toute l’information en tout temps et voir venir les joueurs adverses, il faut agir en sécurité en évitant tout contact inapproprié si le porteur ne peut voir venir le coup.  L’objectif est toujours de récupérer la rondelle.